Accueil > Territoire d'avenir > L'aménagement numérique

L'aménagement numérique

 

La Communauté de Communes Inter Caux Vexin agit pour le déploiement du Très Haut Débit et réduire la fracture numérique sur son territoire. Au travers de son adhésion au Syndicat Mixte Seine-Maritime Numérique, la communauté de communes participe financièrement à la construction du réseau de fibre optique départemental, et la réduction des inégalités d’accès au Haut-Débit par des opérations ciblées sur les territoires les plus déficitaires. A ce titre, la communauté de communes a confirmé en janvier 2018 sa volonté de participer au déploiement accéléré de du réseau de fibre optique avec un engagement financier rénové rendant possible le début de sa commercialisation pour les habitants à l’horizon 2020.

 

Les actions :

 

L’action de la communauté de communes Inter Caux Vexin se concrétise au travers de son adhésion au Syndicat Seine-Maritime Numérique, outil commun à l’échelle du Département de Seine-Maritime pour assurer les travaux de déploiement du futur réseau de fibre optique et sa commercialisation. Ce syndicat est cofinancé par l’Etat, la Région Normandie, Le Département de Seine-Maritime et les Communautés de Communes adhérentes.

 

Un Schéma Local d’Aménagement Numérique a été défini entre la collectivité et ce syndicat Départemental. Il prévoit :

 

- la participation financière de la CCICV pour la construction du réseau de fibre optique avec pour objectif un début de commercialisation du réseau sur une première partie du territoire fin 2020 et une couverture totale estimée à fin 2023 ;

 

- la réalisation de 5 opérations de montée en débit ADSL sur des zones de déficit important (création de nouveaux sous-répartiteurs à Boissay, Bosc-Guérard-Saint-Adrien, Morgny la Pommeraye, Montigny et Bierville).

L’engagement dans cette accélération du déploiement de la fibre optique a nécessité un effort financier important de la communauté de communes qui a triplé sa participation au Syndicat Mixte Seine Maritime Numérique. L’investissement total de la CCICV est de l’ordre de 6,8 millions d’euros, financés par une cotisation annuelle de plus de 297 000 €.

 

Pour en savoir plus : www.smn76.fr 

 

Les enjeux :

 

L’engagement d’un déploiement accéléré du réseau de fibre optique à l’habitant doit permettre de répondre aux enjeux suivants :

 

- Préparer l’extinction programmée du réseau téléphonique « cuivre » qui, même pour des zones bien desservies, présente de plus en plus de défaillance ;

 

- Apporter une réponse durable pour l’amélioration du niveau de service de l’ensemble des communes du territoire, notamment celles qui ont un niveau de débit dégradé et qui ne peuvent bénéficier d’une montée en débit programmée ;

 
 

- Participer au maintien de la qualité de vie sur le territoire, et ainsi de son attractivité, tant internet est devenu un outil de communication indispensable pour les habitants et les entreprises, surtout dans une perspective de développement des usages numériques et d’accès aux services publics dématérialisés ;

 

- Favoriser le développement économique, les services numériques étant désormais indispensables pour l’implantation ou le développement de nombreuses entreprises (à noter que 70 % des entreprises du territoire sont hors Zones d’Activités) ;

 

- Favoriser le développement des usages pouvant apporter des réponses aux enjeux d’évolution des territoires ruraux et périurbains (télémédecine, télétravail, etc.) ;

 

L’engagement dans cette accélération du déploiement de la fibre optique nécessitera un effort financier de la communauté de communes par rapport au Syndicat Mixte Seine Maritime Numérique.

 
 
 
 

Il conviendra également pour la collectivité et les communes, au travers de leurs compétences en aménagement et planification urbaine de :

 

- Développer une culture de l’aménagement numérique au sein du territoire en améliorant la connaissance des réseaux numériques et en suivant leurs évolutions ;

- Diffuser cette connaissance notamment à l’occasion de l’élaboration ou des modifications des documents d’urbanisme, au moment où se font les choix de développement urbain locaux ;

- Limiter les développements urbains ou de zones d’activités dans les zones d’ombres afin de ne pas augmenter les niveaux d’inéligibilité des lignes et ne pas augmenter le coût d’amélioration des infrastructures ;

- Lever les obstacles pouvant empêcher le déploiement des réseaux ;

- Développer le réflexe fibre dans les aménagements futurs afin d’anticiper les raccordements.